Nouvelles agricoles

Prochain arrêt, la Chine!

Publié le 21.11.2018 par Jean-Philippe Boucher

chine.jpg

Le compteur tourne et, jusqu’à tout récemment, il régnait un silence radio absolu concernant d’éventuelles avancées dans les négociations entre les États-Unis et la Chine. Or, force est d’admettre que la Chine sera remarquablement parvenue jusqu’ici à se passer du soya américain pour subvenir à ses besoins. Pour y parvenir, les Chinois auront rivalisé d’ingéniosité en pigeant dans leurs réserves, en réduisant leur consommation et en se tournant vers d’autres pays exportateurs, dont le Brésil et l’Argentine.

Résultat, au moment d’écrire ces lignes, les exportations de soya américain pour cet automne ne sont que l’ombre de ce qu’elles étaient dans les dernières années.

Comme l’illustre très bien le graphique ci-joint, en temps normal, les ventes à l’exportation de soya américain sont beaucoup plus fortes en période de récolte. La part du lion des exportations brésiliennes est derrière nous, et les Chinois ont pour habitude d’acheter d’importants volumes de soya américain à l’automne.

En un coup d’œil

Mais en un coup d’œil, on constate cette année que c’est autour de 1 million de tonnes par semaine de moins qui sont vendues depuis déjà cinq à six semaines. En d’autres mots, il y a un excès de soya sur le marché américain d’au moins 5 à 6 millions de tonnes, soit environ 5 % de la récolte record américaine de soya de cette année (125 millions de tonnes).

Il y a un excès d’au moins 5 à 6 millions de tonnes de soya sur le marché américain, soit environ 5 % de la récolte record américaine de soya de cette année (125 millions de tonnes).

Si l’été dernier nombre d’analystes jonglaient avec différentes hypothèses selon lesquelles les Chinois n’avaient pas la « capacité » de se priver du soya américain cet automne, force est donc d’admettre que ça ne semble pas être le cas.

Récolte hâtive de soya brésilien

Avec un excellent début de saison très rapide au Brésil, on commence déjà à dire que la récolte hâtive de soya brésilien pourrait débuter dès la mi-décembre. C’est dire que rapidement, dès le début de 2019, les importateurs chinois pourraient de nouveau se rabattre sur une abondance de soya pour subvenir à leurs besoins. 

Les exportateurs américains doivent agir maintenant s’ils veulent réaliser des ventes importantes de soya, car la conjoncture se dégrade rapidement. Ce n’est pas une bonne nouvelle pour les marchés qui doivent composer avec une autre récolte record de soya américain.

Concours de circonstances ou pas, au moment d’écrire ces lignes à la mi-novembre, la Chine a annoncé être disposée à faire certaines concessions commerciales pour reprendre les négociations avec les États-Unis. Signe de bonne volonté, on dit même que le président chinois, M. Xi Jinping, visitera la Maison-Blanche pour rencontrer M. Trump avant la tenue du G20 qui aura lieu à la fin novembre. Est-ce dire que la Chine commencerait à fléchir l’échine sous la pression des tarifs américains? Possible… Mais à la lueur du contexte très difficile que connaît actuellement le marché du soya, on peut aussi se demander si M. Trump a vraiment le loisir de maintenir la ligne dure dans ses exigences avec la Chine.

Cependant, il n’y a pas que le soya américain à considérer dans cette guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Plusieurs autres produits et sujets de négociations sont sur la table et il n’est pas dit que les Américains voudront faire les concessions nécessaires. Les élections de mi-mandat sont derrière nous et M. Trump n’a pas non plus à « satisfaire » autant sa base électorale, bien présente dans les régions rurales du Midwest. Un doute subsiste donc quant à la volonté des États-Unis d’en arriver réellement à un accord, même s’il est dans leur intérêt d’y parvenir pour ce qui est du marché du soya.

Cela étant dit, on peut espérer que ces deux pays en viendront à une entente rapidement, pour le mieux d’ici la fin de 2018, le temps que les exportateurs américains puissent profiter de la dernière chance qui leur est offerte avant le raz-de-marée de soya brésilien.

En conclusion

S’il y a entente entre les États-Unis et la Chine, nous pourrions et devrions assister à un rebond intéressant du marché du soya. Il ne faudrait pas manquer de saisir l’occasion pour réaliser des ventes. Pourquoi? Car en réalité, bien qu’il ne fasse aucun doute que la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine ait durement touché le marché du soya, ce sont les récoltes record brésiliennes et américaines qui se succèdent depuis trois ans qui pèsent certainement le plus lourd sur les prix. Une fois cette guerre commerciale derrière nous, surtout si une autre récolte record se confirme cet hiver au Brésil, c’est ce qui frappera de nouveau l’imaginaire des marchés.

Retourner à l'aperçu