Nouvelles agricoles

Le PTET atténue le problème de pénurie de main-d’œuvre agricole

Publié le 24.01.2019 par Trudy Kelly Forsythe

hail.png

Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre où des milliers d’emplois sont vacants dans l’industrie agricole, les producteurs canadiens recrutent des travailleurs étrangers temporaires. Les chiffres les plus récents indiquent que les travailleurs étrangers représentent 12 % de la main-d’œuvre agricole nationale.

Devant la pénurie de travailleurs agricoles canadiens, les producteurs se tournent vers les travailleurs étrangers temporaires.

Des renseignements sur le marché du travail publiés par le Conseil canadien pour les ressources humaines en agriculture (CCRHA) indiquent que le secteur agricole canadien comptait 26 400 emplois vacants en 2014. La pénurie de main-d’œuvre pourrait toucher 114 000 emplois d’ici 2025.

Programmes d’aide

Le Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET) du gouvernement du Canadacomporte deux volets principaux qui aident les employeurs du secteur agricole à recruter des travailleurs étrangers temporaires lorsqu’aucun citoyen canadien n’est disponible. Le premier est le Programme des travailleurs agricoles saisonniers et le deuxième est le Volet agricole.

Les producteurs peuvent aussi embaucher de jeunes travailleurs, généralement des étudiants en agriculture, dans le cadre du programme Expérience internationale Canada, anciennement appelé « Programme vacances-travail ».

Expérience à la ferme

L’exploitation Connery’s Riverdale Farms, située au Manitoba, emploie des travailleurs étrangers depuis une quarantaine d’années. Cette ferme familiale, qui produit des légumes et des fraises, accueille plus de 50 travailleurs étrangers temporaires du Mexique et de la Jamaïque entre le début du printemps et la fin du mois d’octobre; quelques-uns restent jusqu’en décembre pour participer au nettoyage. La propriétaire Beth Connery explique que la production de légumes frais qui doivent être coupés à la main crée un immense besoin de main-d’œuvre.

« Les travailleurs étrangers temporaires ne peuvent rester ici plus de huit mois », dit Mme Connery.

Depuis que cette exploitation a commencé à recruter des travailleurs étrangers temporaires, il y a quatre décennies, elle a recouru à plusieurs des programmes du gouvernement, dont le Programme des travailleurs agricoles saisonniers.

« C’est un programme bien géré qui tient compte des besoins des employeurs et des travailleurs, ainsi que de la situation de l’industrie », dit Mme Connery, qui ajoute que l’embauche de travailleurs étrangers temporaires comble la pénurie de travailleurs canadiens tout en garantissant une main-d’œuvre stable. « Ainsi, nous pouvons accomplir ce que nous avons à accomplir, et ce, en temps voulu. »

Défis

Selon Mme Connery, la barrière linguistique pose parfois un problème. Et, contrairement à la croyance populaire, l’embauche de travailleurs étrangers temporaires n’est pas une solution économique.

« Des recherches montrent que l’embauche d’un travailleur étranger temporaire peut coûter entre 8 000 $ et 12 000 $ à un employeur, qui doit payer les billets d’avion, le transport et le logement, verser une rémunération et satisfaire à d’autres exigences du programme », indique Janet Krayden, spécialiste de la mobilisation des collaborateurs du CCRHA.

L’accès aux travailleurs peut aussi poser un problème.

« Les producteurs doivent planifier soigneusement parce que le processus de demande peut prendre plus de six mois, dit Mme Krayden. Les règles du PTET sont strictes et de nouvelles règles ont été adoptées au cours des dernières années, dont un nouveau régime de vérification et d’inspection de la conformité qui peut comprendre des inspections non annoncées. »

En conclusion

Les travailleurs étrangers temporaires peuvent occuper les nombreux postes vacants dans les fermes canadiennes. Le processus de demande est toutefois laborieux et entraîne des coûts supplémentaires pour les exploitants agricoles, mais le fait de pouvoir compter sur une main-d’œuvre stable en vaut la peine pour beaucoup. Il existe des programmes qui aident les producteurs à mener à bien le processus d’embauche.

Retourner à l'aperçu

Sondage éclair

Quel est votre lien avec l’agriculture? 

Veuillez choisir toutes les réponses pertinentes

  • J’ai grandi dans une ferme.
    0%
  • Je travaille dans la ferme familiale.
    0%
  • Je travaille dans une ferme qui n’appartient pas à ma famille.
    100%
  • Je suis le propriétaire d’une ferme.
    100%
  • Des membres de ma famille pratiquent l’agriculture.
    0%
  • J’ai pratiqué l’agriculture dans un autre pays.
    0%
  • J’ai effectué la vente directe de produits ou services à des agriculteurs.
    0%
  • J’ai effectué l’achat direct de produits ou services d’agriculteurs.
    0%
  • J’ai fait des études postsecondaires en agriculture.
    0%
  • J’ai investi en agriculture.
    0%
  • Autre.
    0%
  • Je n’ai aucun lien direct avec l’agriculture.
    0%

(1 participant(s) jusque là)