Nouvelles agricoles

Comment réduire la consommation d’énergie à la ferme

Publié le 25.07.2019 par Craig Lester

hail.png

Il peut être difficile de réduire la consommation d’énergie à la ferme, mais de nombreux exploitants trouvent des moyens d’y arriver, ce qui leur permet d’accroître l’efficacité de leur ferme tout en protégeant l’environnement et en améliorant leurs résultats nets.

Qu’il s’agisse d’une ferme avicole, d’une exploitation céréalière ou d’une ferme laitière, les producteurs affirment qu’il existe plusieurs façons simples de réduire leur consommation d’énergie et d’accroître leurs profits.

Réduire la consommation de carburant

Dave Bishop, céréaliculteur de la région de Barons, en Alberta, indique que l’adoption de la technologie GPS a grandement contribué à réduire les coûts en carburant associés aux travaux aux champs.

« C’est l’un des moyens les plus simples de réaliser des économies parce que le GPS réduit le chevauchement », explique M. Bishop.

Il ajoute que la planification des déplacements d’objets à la ferme se traduit par des gains d’efficience et des économies de temps.

Selon Tietsa Huijzer, productrice laitière de Olds, en Alberta, il est aussi judicieux de choisir les équipements adaptés aux tâches à accomplir.

« On n’utilise pas un tracteur de 200 chevaux-puissance pour niveler la cour parce que cela ne demande pas autant de puissance. Il faut s’assurer d’utiliser le bon équipement », dit-elle.

Entretien

Mme Huijzer indique que le maintien de l’équipement en bon état de marche se traduit par une utilisation efficace de l’électricité.

« Nous devons nous astreindre à un entretien méticuleux de nos robots de traite parce qu’au moindre dérèglement, le temps de traite augmente. »

Adriaan Both, producteur avicole de Ponoka, en Alberta, indique que les ventilateurs installés dans son poulailler fonctionnent en alternance selon la température à l’intérieur du bâtiment. Si les ventilateurs sont désynchronisés parce que certains sont en panne, la facture d’électricité commence à grimper aussitôt.

« La consommation d’énergie peut doubler quand cela se produit », dit M. Both.

Isolation

Une amélioration de l’isolation du poulailler de M. Both a aussi permis de réduire la quantité d’énergie utilisée pour le chauffage.

M. Both croit fermement en l’efficacité de l’isolation soufflée, procédé qui permet au constructeur de combler les petits espaces et de mieux couvrir les connexions et les zones difficiles d’accès.

Éclairage

L’éclairage des bâtiments de la ferme est un autre secteur où il est possible de réaliser des économies.

Les trois producteurs affirment avoir constaté une baisse marquée de leur consommation d’électricité après être passés à l’éclairage DEL.

« Avant, nous utilisions des ampoules de 400 watts énergivores, dit M. Both. Aujourd’hui, les ampoules DEL et les petits appareils d’éclairage constituent des solutions de rechange. Nous consommons moins d’électricité et nos puissances lumineuses de sortie ont même diminué. »

Le point de départ

Il peut sembler ardu de trouver le meilleur point de départ dans une exploitation aussi dynamique qu’une ferme.

M. Bishop indique que les analyses de sol permettent de déterminer quels intrants sont nécessaires, ce qui réduit le temps d’utilisation des tracteurs. Les trois producteurs indiquent que les ampoules DEL et les petits appareils d’éclairage sont des moyens rapides de réduire les coûts.

De plus, la plupart des fournisseurs provinciaux d’énergie offrent des ressources qui aident les consommateurs à réaliser des économies d’énergie et à surveiller leur consommation d’énergie.

En conclusion

De nombreux exploitants trouvent des moyens de réduire leur consommation d’énergie afin d’améliorer leurs résultats nets. De petits gains d’efficacité partout dans la ferme, comme l’installation d’ampoules DEL et l’utilisation du GPS pour cartographier les travaux aux champs, peuvent vite se traduire par de grosses économies.

Retourner à l'aperçu

Sondage éclair

Quel est votre lien avec l’agriculture? 

Veuillez choisir toutes les réponses pertinentes

  • J’ai grandi dans une ferme.
    63%
  • Je travaille dans la ferme familiale.
    39%
  • Je travaille dans une ferme qui n’appartient pas à ma famille.
    10%
  • Je suis le propriétaire d’une ferme.
    61%
  • Des membres de ma famille pratiquent l’agriculture.
    45%
  • J’ai pratiqué l’agriculture dans un autre pays.
    3%
  • J’ai effectué la vente directe de produits ou services à des agriculteurs.
    22%
  • J’ai effectué l’achat direct de produits ou services d’agriculteurs.
    16%
  • J’ai fait des études postsecondaires en agriculture.
    34%
  • J’ai investi en agriculture.
    53%
  • Autre.
    5%
  • Je n’ai aucun lien direct avec l’agriculture.
    1%

(141 participant(s) jusque là)