Nouvelles agricoles

Qui a les blues de l’hiver?

Publié le 23.01.2019 par Bruce Burnett

hail.png

Au cas où vous l’auriez manquée, il y a eu une éclipse totale de la super Lune de sang le 21 janvier 2019. Il s’agit d’un phénomène rare qui ne se reproduira pas avant 18 ans, selon la NASA. Ce qui n’est pas exceptionnel à propos de cet événement est le froid mordant qui régnait presque partout au pays cette journée-là. Si vous êtes sorti observer la lune, vous avez sans doute assisté au spectacle sous des températures nettement inférieures à la normale. Cela n’a rien de surprenant : les températures les plus froides de l’année sont habituellement enregistrées au cours des deux dernières semaines de janvier.

Un hiver doux jusqu’ici

En décembre et pendant la première moitié du mois de janvier, la grande question était de savoir quand l’hiver allait s’installer. Les températures enregistrées en décembre ont été nettement supérieures à la normale à peu près partout au pays.

En Colombie-Britannique et dans les Prairies, les températures ont été supérieures à la normale de 2 à 4 degrés Celsius au cours du mois. Même scénario en Ontario et au Québec, où les températures moyennes mensuelles ont été supérieures de 1 à 3 degrés aux moyennes à long terme dans la plupart des régions.

Tel n’a pas été le cas dans les Maritimes, où les températures ont été légèrement inférieures à la normale en décembre.

Le temps doux enregistré dans les régions de l’Ouest est vraisemblablement associé au phénomène El Niño en développement. Cette tendance devrait se poursuivre jusqu’à la fin de l’hiver dans les Prairies et en Colombie-Britannique.

Le froid s’en vient

N’allez pas croire que l’hiver passera son chemin cette année. Comme vous l’avez peut-être remarqué au cours de la troisième semaine de janvier, les minimums nocturnes se sont établis entre ‑15 et ‑30 °C à l’échelle des Prairies. Dans le Centre et l’Est du Canada, les températures les plus basses ont été légèrement supérieures, mais elles se sont tout de même situées entre ‑10 et ‑25 °C. L’hiver a repris ses droits au Canada! Ces températures inférieures à la normale ont été accompagnées d’abondantes chutes de neige et de forts vents, qui ont donné lieu à des conditions de blizzard dans la plus grande partie du Centre et de l’Est du Canada.

Incidence sur l’agriculture

Les répercussions des températures douces qui prévalent jusqu’ici cet hiver sont essentiellement positives pour les secteurs des céréales et de l’élevage au Canada.

Si les céréales d’hiver ne sont pas suffisamment protégées dans l’Est et dans l’Ouest du Canada, les températures sont assez douces pour ne pas causer de risque important de destruction par l’hiver.

Le temps sec qui a prévalu durant la première moitié de l’hiver dans les Prairies suscite certaines préoccupations relatives aux conditions d’humidité le printemps prochain dans les régions agricoles du Sud. Le temps doux est bénéfique pour le secteur de l’élevage de bovins, en particulier dans le Sud de l’Alberta. La récente vague de froid devrait être assez courte et ne devrait pas occasionner de stress important dans les exploitations d’élevage.

Le retour des conditions hivernales plus typiques à la fin janvier n’a pas neutralisé les avantages des conditions clémentes enregistrées durant la première moitié de l’hiver.

En conclusion

Jusqu’à présent, l’hiver est doux et peu neigeux dans l’ensemble des régions du pays, sauf dans les Maritimes. Les cultures se portent généralement bien et le risque de destruction par l’hiver est faible. Les températures douces sont bénéfiques pour le secteur de l’élevage de bovins. La récente vague de froid devrait être de courte durée et n’avoir que peu d’incidence sur les secteurs des cultures agricoles et de l’élevage.

À part dans les Maritimes, l’hiver est clément au pays. Grâce aux températures douces et au faible enneigement, les cultures se portent généralement bien, et la destruction par l’hiver suscite peu de préoccupations.
 
 

Retourner à l'aperçu