Nouvelles agricoles

Les agriculteurs devraient-ils demander un deuxième avis lorsqu’ils ont des décisions opérationnelle

Publié le 25.07.2019 par Richard Kamchen

opinion.jpg

La recherche d’un deuxième avis peut être une mesure décisionnelle prudente à la ferme, à condition de ne pas être submergé de différents points de vue.

Les entreprises agricoles sont plus complexes que jamais, et les exploitants doivent prendre mille et une décisions, qui concernent souvent d’importantes sommes d’argent, de nombreuses personnes et une foule de règlements.

« Il est évident que nous devons rassembler plus d’information, obtenir des conseils éclairés et évaluer plusieurs options avant de prendre des décisions importantes », dit Maggie Van Camp, chef nationale à l’élaboration de la pratique pour le secteur de l’agriculture à BDO Canada.

Conseils

La recherche d’autres points de vue est un moyen de se livrer à une analyse de cas, dit-elle.

« Le fait d’obtenir une confirmation et des renseignements supplémentaires renforce votre confiance dans votre conseiller principal et vos décisions, en plus de vous permettre de montrer aux autres que vous savez ce que vous faites », dit Mme Van Camp.

Elle ajoute que grâce aux moyens de communication d’aujourd’hui, les producteurs peuvent solliciter des conseils aux quatre coins du pays, et elle les encourage à sortir des sentiers battus et à consulter des experts en agriculture qui jouissent d’une bonne réputation.

« Demandez des recommandations à des membres de votre famille ou à des amis en qui vous avez confiance », conseille Liz Robertson, directrice générale de l’Association canadienne des conseillers agricoles. « Je pense que le bouche à oreille est un moyen très fiable de recruter un conseiller. »

Décisions importantes

Dans le cas des décisions de grande importance, ou de celles qui concernent des domaines inexplorés, il peut être très utile d’obtenir un deuxième, voire un troisième avis, dit Mme Van Camp.

Selon Mme Robertson, il est judicieux de faire appel à une équipe consultative multidisciplinaire lorsqu’il s’agit de prendre des décisions importantes et récurrentes. Cette équipe pourrait être constituée d’un comptable, d’un avocat, d’un planificateur financier, d’un agent d’assurance, d’un agronome et d’un vétérinaire, par exemple.

« Une équipe multidisciplinaire est d’une aide précieuse parce qu’aucune profession et aucun groupe ne possèdent toutes les connaissances, la formation et les ressources nécessaires pour répondre à toutes les questions qui préoccupent les familles d’agriculteurs et les entreprises agricoles », dit Mme Robertson.

Surabondance d’opinions

Au départ, la recherche d’un deuxième avis est une mesure de prudence qui permet de vaincre le biais de confirmation ou d’éviter un conflit d’intérêts.

Glen Fox, économiste spécialisé en agriculture et en ressources naturelles de l’Université de Guelph, indique que la façon de solliciter un deuxième avis a changé. Devant de nombreuses décisions à prendre, il est maintenant possible d’obtenir des avis en quelques clics de souris. M. Fox indique que les moteurs de recherche fournissent souvent des avis fondés sur des expériences concrètes plutôt que des jugements professionnels.

Les agriculteurs ont maintenant presque trop d’opinions à soupeser.

« Toutefois, lorsque nous traitons toute cette information, nous réfléchissons plus à fond à ce que nous tentons d’accomplir », souligne M. Fox.

Mme Van Camp, pour sa part, préfère solliciter les points de vue d’une ou deux sources fiables et compétentes, qui comprennent l’agriculture, plutôt que de 20 personnes non qualifiées : « Cela ne fait qu’embrouiller le processus décisionnel. »

En conclusion

L’obtention d’un deuxième avis par rapport à d’importantes décisions opérationnelles demande du temps, mais cela peut aider les producteurs à comprendre les options qui s’offrent à eux, et à éviter les erreurs et les regrets. Choisissez avec soin les personnes à qui vous demandez un deuxième avis, et ne vous fiez pas uniquement aux résultats de recherche sur Internet. Trouvez des spécialistes en demandant des recommandations à vos amis et à votre famille, conseillent des experts.

Retourner à l'aperçu

Sondage éclair

Quel est votre lien avec l’agriculture? 

Veuillez choisir toutes les réponses pertinentes

  • J’ai grandi dans une ferme.
    57%
  • Je travaille dans la ferme familiale.
    35%
  • Je travaille dans une ferme qui n’appartient pas à ma famille.
    11%
  • Je suis le propriétaire d’une ferme.
    58%
  • Des membres de ma famille pratiquent l’agriculture.
    42%
  • J’ai pratiqué l’agriculture dans un autre pays.
    4%
  • J’ai effectué la vente directe de produits ou services à des agriculteurs.
    23%
  • J’ai effectué l’achat direct de produits ou services d’agriculteurs.
    17%
  • J’ai fait des études postsecondaires en agriculture.
    36%
  • J’ai investi en agriculture.
    47%
  • Autre.
    7%
  • Je n’ai aucun lien direct avec l’agriculture.
    1%

(240 participant(s) jusque là)