Nouvelles agricoles

L’examen financier semestriel est un investissement qui rapporte

Publié le 01.08.2019 par Richard Kamchen

opinion.jpg

Vers le milieu de l’année civile, certains producteurs trouvent que le moment est bien choisi pour faire le point sur leurs activités commerciales.

Les plans d’affaires pour la saison de croissance doivent être examinés régulièrement, par exemple, lors de rencontres semestrielles, trimestrielles ou mensuelles avec l’équipe de gestion et le personnel, dit Mathieu Lipari, gestionnaire de programme à Gestion agricole du Canada.

Les agriculteurs qui examinent leurs finances au milieu de la saison analysent parfois les facteurs qui ont eu une incidence sur leur santé financière au cours des six derniers mois, comme les conditions météorologiques, de réparations importantes et les tendances des marchés, dit Erich Weber, spécialiste des finances d’entreprise au ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario.

Quand il faut faire le point sur ses activités commerciales et ce qu’il faut examiner. Partagez sur Twitter

Santé financière

« Toutefois, la plupart des agriculteurs qui examinent leurs finances au milieu de la saison s’intéressent à leur coût de production et tentent de déterminer s’ils ont des possibilités de réduire leurs coûts ou d’accroître leurs revenus », explique M. Weber.

L’évaluation du rendement est une bonne occasion d’envisager des outils d’atténuation des risques, comme les contrats à terme, ainsi que des mesures de réduction des coûts.

M. Weber ajoute que les céréaliculteurs qui entreprennent leur examen financier avant la récolte peuvent se pencher sur leur coût de production et sur le prix de vente qu’ils devraient fixer.

Une analyse effectuée après la récolte engloberait des facteurs comme les marges brutes et le moment des ventes : « Le rendement, les coûts de production et les prix convenus d’avance feraient aussi partie de cette analyse », dit M. Weber.

Élevage

De façon générale, les producteurs laitiers et les producteurs avicoles examinent leur santé financière au milieu de l’année civile étant donné qu’ils produisent et vendent tous les jours, indique M. Weber.

D’autres éleveurs effectuent leur examen financier vers le moment où ils sont prêts à vendre leurs animaux, même si beaucoup sont actuellement préoccupés par des questions comme les réserves d’aliments pour animaux et l’approvisionnement en eau.

La vérification semestrielle offre généralement l’occasion d’examiner les tendances du marché.

La sécheresse et ses répercussions sur les réserves d’aliments pour animaux, en particulier après les pénuries de la dernière saison, pourraient entraîner la mise en marché d’un plus grand nombre de bovins à l’échelle des Prairies. Si les éleveurs de bovins réagissent à la hausse des prix des aliments pour animaux en réduisant considérablement la taille de leurs troupeaux, les prix pourraient fléchir.

Autres facteurs 

M. Lipari encourage les agriculteurs à examiner non seulement leur situation financière, mais aussi tous les aspects de la gestion de leur entreprise.

Ces aspects comprennent, par exemple, les objectifs et le calendrier de production, les besoins en ressources humaines, la formation et le rendement, les pratiques de commercialisation, les mesures de gestion du risque, les besoins en machinerie, les plans d’expansion ou de réduction des activités et les plans de transfert, dit M. Lipari.

En conclusion

Le milieu de l’année est un moment bien choisi pour examiner la santé de la ferme. Les producteurs peuvent en profiter pour porter un regard rétrospectif sur les conditions météorologiques, les réparations importantes et les tendances des marchés, et pour tenter de prévoir l’évolution du marché dans le cas du bétail et des cultures. Des experts recommandent aussi aux producteurs d’examiner les autres aspects de la gestion de leur entreprise en même temps.

Retourner à l'aperçu

Sondage éclair

Quel est votre lien avec l’agriculture? 

Veuillez choisir toutes les réponses pertinentes

  • J’ai grandi dans une ferme.
    59%
  • Je travaille dans la ferme familiale.
    36%
  • Je travaille dans une ferme qui n’appartient pas à ma famille.
    11%
  • Je suis le propriétaire d’une ferme.
    58%
  • Des membres de ma famille pratiquent l’agriculture.
    43%
  • J’ai pratiqué l’agriculture dans un autre pays.
    4%
  • J’ai effectué la vente directe de produits ou services à des agriculteurs.
    22%
  • J’ai effectué l’achat direct de produits ou services d’agriculteurs.
    16%
  • J’ai fait des études postsecondaires en agriculture.
    36%
  • J’ai investi en agriculture.
    47%
  • Autre.
    7%
  • Je n’ai aucun lien direct avec l’agriculture.
    1%

(215 participant(s) jusque là)