Nouvelles agricoles

Comment nourrir une vision prospective pour la ferme

Publié le 01.08.2019 par Trudy Kelly Forsythe

opinion.jpg

Les agriculteurs qui réussissent savent que la vision d’une ferme permet d’établir les priorités et oriente les décisions quotidiennes. Une vision ayant pour objectif de faire progresser la ferme demande du temps et de la réflexion, mais des experts disent que le jeu en vaut la chandelle.

Tout commence par une réunion 

Michelle Painchaud, présidente‑directrice générale du cabinet‑conseil Painchaud Performance Group, indique que la création d’une vision fructueuse pour la ferme commence par une réunion de deux ou trois heures de l’équipe de la haute direction destinée à amorcer le dialogue. Il s’agit ensuite de présenter la vision à tous les autres intervenants de la ferme, y compris les employés, ce qui peut s’avérer très bénéfique.

Expliquez aux employés que la vision établit la voie que l’exploitation devrait suivre, selon l’équipe de gestion, au cours des deux à trois prochaines années. Demandez de la rétroaction et des suggestions de moyens de concrétiser cette vision, conseille Mme Painchaud.

« Les gens se sentent appréciés à leur juste valeur lorsqu’on leur demande de participer à la mise au point d’une vision », dit Mme Painchaud.

À la ferme Kroeker, au Manitoba, c’est la haute direction qui a adopté la vision de l’exploitation, mais le directeur général Wayne Rempel indique que les employés participent à d’autres aspects du plan stratégique qui contribuent à l’énoncé de vision.

« Nous faisons participer presque tous les employés, d’une manière ou d’une autre, en tenant des réunions d’équipe au cours desquelles nous examinons les points positifs, les points à améliorer et les moyens d’accroître l’efficacité, dit M. Rempel. Comme ils travaillent sur le terrain, les employés savent quels facteurs ont une incidence sur les activités quotidiennes. »

Faire appel à la participation des employés lorsque vient le temps de préciser la vision de la ferme fait que tout le monde se sent valorisé et apprécié. Partagez sur Twitter

Le point de départ

Pour amorcer la mise au point d’une vision, Mme Painchaud suggère aux exploitants de répondre aux questions suivantes :

  • Quelle est notre situation actuelle?
  • Qu’est-ce qui fonctionne?
  • Qu’est-ce qui ne fonctionne pas?
  •  Quels objectifs aimerions‑nous avoir atteints dans trois ans?

Il s’agit ensuite d’élaborer une stratégie en établissant des buts et des mesures, selon les réponses à ces questions. Il est essentiel de préciser qui détient la responsabilité à l’égard de ces buts et de ces mesures et d’établir un calendrier de mise en œuvre, dit Mme Painchaud. Elle recommande aux décideurs de fixer des objectifs spécifiques, mesurables, atteignables, réalisables et temporellement définis (principe connu sous l’acronyme « SMART »).

Le manque de précision, l’absence d’échéanciers, le défaut de désigner une personne responsable de la mise en œuvre des objectifs et des mesures et le manque de suivi et de surveillance sont les principaux pièges à éviter lorsqu’on précise la vision d’une ferme, dit‑elle.

Clarté et concision 

Mme Painchaud indique que la clarté est aussi indispensable à l’émergence de la vision. En effet, beaucoup apportent une vision, mais s’en éloignent au gré des aléas du quotidien.

« Une vision claire aide les propriétaires d’entreprises à prendre de meilleures décisions », dit‑elle.

M. Rempel ajoute que la concision favorise la clarté de la vision.

« Si vous oubliez votre vision, elle ne suscitera aucun changement », dit M. Rempel, qui ajoute que la vision devrait être authentique et représentative de votre personnalité.

Suivi

Mme Painchaud indique que le manque de suivi est une erreur que les exploitants commettent souvent après avoir élaboré leur vision.

Elle leur conseille de convoquer chaque mois l’équipe de la haute direction à une réunion de stratégie afin d’examiner les questions relatives à la création de la vision, ainsi que les mesures à prendre pour la concrétiser. Elle ajoute qu’il est préférable de prévoir des réunions distinctes, d’un maximum d’une demi‑heure, pour discuter uniquement de la vision sans se laisser distraire par les questions quotidiennes.

Les avantages d’avoir une vision

La National Sunflower Association of Canada (NSAC) intègre son énoncé de vision à son énoncé de mission : Garantir la rentabilité et la croissance à long terme de la culture des tournesols en exerçant un leadership qui s’inscrit dans le cadre de l’ensemble de l’industrie.

Darcelle Graham, directrice générale de la NSAC, indique que la mise au point d’une vision et l’établissement de buts permet au conseil d’administration et au personnel de l’association de développer une norme de référence en matière de croissance et de résultats.

En conclusion 

Pour être prospective, la vision d’une ferme doit être claire, facile à retenir et authentique. Il est important de faire les choses dans les règles de l’art, ce qui comprend l’évaluation des buts, mais il est aussi crucial de suivre les progrès régulièrement.

Retourner à l'aperçu

Sondage éclair

Quel est votre lien avec l’agriculture? 

Veuillez choisir toutes les réponses pertinentes

  • J’ai grandi dans une ferme.
    0%
  • Je travaille dans la ferme familiale.
    0%
  • Je travaille dans une ferme qui n’appartient pas à ma famille.
    100%
  • Je suis le propriétaire d’une ferme.
    100%
  • Des membres de ma famille pratiquent l’agriculture.
    0%
  • J’ai pratiqué l’agriculture dans un autre pays.
    0%
  • J’ai effectué la vente directe de produits ou services à des agriculteurs.
    0%
  • J’ai effectué l’achat direct de produits ou services d’agriculteurs.
    0%
  • J’ai fait des études postsecondaires en agriculture.
    0%
  • J’ai investi en agriculture.
    0%
  • Autre.
    0%
  • Je n’ai aucun lien direct avec l’agriculture.
    0%

(1 participant(s) jusque là)